• Ciao Bella : la vie l’emportera
  • de Mélinda Schilge
  • 234 pages
  • édité chez AFNIL
  • Lien d’achat : https://amzn.to/2UOcCgb

Le résumé

Ingénieur, Benjamin se révèle incapable de réagir à un projet visant à déverser des drones autonomes au cœur des villes. Il pressent que le programme est un danger pour les populations, même si l’engin doit bénéficier de son propre réseau, mais il est entravé par le poids du suicide de sa tante, et son enthousiasme pour la haute technologie a pris fin en Afghanistan, où il a appris à ses dépens qu’un esprit malveillant peut transformer le drone en arme. Les intérêts de Buleo, son entreprise, et ceux du ministre des transports, ou même ceux de Tanya, sublime arriviste en charge de la communication du projet, sont autant d’obstacles à franchir, et les stratagèmes qu’il imagine ne suffisent pas à ébranler une machinerie bien huilée, soi-disant au service de tous.Parallèlement, Habib Khan, l’Afghan à l’origine du drame qu’il a vécu en Afghanistan, poursuit ses manœuvres pour parvenir à utiliser le Junction à des fins de vengeance. Il compte sur son frère Mahdi, et sur sa femme Asima, réfugiés en France, avec qui il a engagé une lutte contre les talibans…Benjamin parviendra-t-il à recouvrer l’envie de se battre ? En aura-t-il les moyens ? Sera-t-il de taille face à l’ambition démesurée des Français, et à la détermination de Khan ?

Mon avis

J’ai dû m’habituer à la plume de l’auteur au début du roman. J’étais un peu déroutée au début, j’ai trouvé que c’est un peu poétique, mais ce n’était pas dans l’excès. Je n’ai eu ce sentiment qu’au début.

Dans le roman, on va suivre deux  »vies  » : la vie de Benjamin et la vie de la famille d’Asima et de Mahdi. Au départ, je n’ai pas bien compris pourquoi nous présenter les choses de cette façon. Je ne comprenais pas en quoi ces vies étaient liées.

Je l’ai compris en évoluant dans le roman. J’ai trouvé que ce lien était assez subtil et assez réfléchi.

J’ai bien aimé le fait que l’auteur ait une bonne maitrise des sujets abordés ; comme les drones ou la culture afghane. Cela rend les choses plausibles.

Ensuite, il y a une petite romance qui s’installe petit à petit. Il ne s’agit pas d’une grande romance que l’on va suivre de bout en bout. Ça reste assez sage ; on en voit l’aboutissement que dans l’épilogue.

J’ai beaucoup aimé la relation de Benjamin avec la petite Stella. La petite Stella était touchante, surtout avec sa situation. J’ai été ravie de la voir retrouver une vie normale.

**** ma note: 16/20****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s